Qu’entend-on par infrastructures sociales?

« Les infrastructures sociales » renvoient à l’ensemble des dispositions et investissements organisationnels qui touchent les relations, les structures et les systèmes sociaux qui nous permettent de créer un monde plus juste, résilient, équitable et durable. Cela inclut des actifs sociaux, économiques, environnementaux et culturels. Les établissements d’éducation peuvent se servir du concept d’infrastructures sociales pour organiser et communiquer les travaux effectués pour créer un changement social positif et une prospérité économique durable.

« Bâtir des infrastructures sociales » pourra être un cadre utile pour les membres du corps enseignant en les aidant à créer un lien entre leur enseignement, leur recherche et d’autres tâches publiques, et les efforts permettant d’accroître la capacité communautaire face à des enjeux complexes.

La compréhension de ce qu’est une université publique évolue.

Margie Mendell enseigne à l’Université Concordia. Elle a aidé la Ville de Montréal à mettre en œuvre un programme officiel d’approvisionnement social en établissant un lien entre des travaux universitaires et les besoins de la Ville. Madame Mendell a encouragé ses étudiantes et ses étudiants à réaliser un projet de recherche sur les pratiques d’approvisionnement de la Ville. Elle a exigé de la rigueur durant le processus, permettant la production d’une analyse et de recommandations qui se prêtaient à une publication universitaire, tout en pouvant aussi être tout de suite utiles au personnel de la Ville.

Voici comment elle décrit le projet : « Nous avons décidé qu’il serait très utile de dresser l’inventaire des engagements actuels de la Ville de Montréal en matière d’économie sociale, sans que cela ait été nommé ou cerné comme un objectif réel. Ces engagements s’élevaient à environ 31 millions de dollars. Cela voulait dire qu’il n’était pas nécessaire de convaincre la Ville qu’il s’agissait de quelque chose de complètement nouveau. »[1] Madame Mendell a donc mis en pratique les compétences clés de l’école pour aider la Ville à bâtir des infrastructures sociales à l’aide de ses décisions d’approvisionnement.

Le présent document sur les infrastructures sociales tente de décrire d’autres moyens à la portée des établissements pour prendre part à des activités utiles qui ne représentant pas des « fardeaux », mais bien une mise en application créative de la capacité et de l’expertise déjà en place. Des universitaires ont toujours mené de la recherche inductive, c’est‑à‑dire utiliser le pouvoir à leur disposition pour se pencher en profondeur sur des sujets complexes. Les universités font en sorte qu’il soit plus facile pour le corps enseignant d’aider à bâtir des infrastructures sociales, que le travail soit axé sur une recherche de base ou qu’il prenne la forme d’un engagement communautaire bien réel. L’Université McGill ouvre par exemple des centres de recherche de haut niveau sur la durabilité et les politiques, et ces derniers sont de facto interdisciplinaires.

[1] Plan d’action montréalais en économie sociale, Réseau canadien de développement économique Communautaire (RCDEC), http://base.socioeco.org/docs/ppp_montreal.pdf