Qu’entend-on par infrastructures sociales?

« Les infrastructures sociales » renvoient à l’ensemble des dispositions et investissements organisationnels qui touchent les relations, les structures et les systèmes sociaux qui nous permettent de créer un monde plus juste, résilient, équitable et durable. Cela inclut des actifs sociaux, économiques, environnementaux et culturels.

Les établissements d’éducation peuvent se servir du concept d’infrastructures sociales pour organiser et communiquer les travaux faits dans le but de créer un changement social positif et une prospérité économique durable. Les rectrices ou les recteurs d’établissements postsecondaires, et d’autres responsables de la vision institutionnelle et du leadership dans le milieu de l’éducation, trouveront dans le présent document des idées originales et utiles pour que leur établissement puisse accroître son impact et bâtir des infrastructures sociales pour les communautés canadiennes.

 

Raconter de bonnes histoires permet aux gens et aux départements de voir comment ils pourraient bâtir des infrastructures sociales dans le cadre de leur travail actuel.

 

Encadrer les occasions

Les établissements d’enseignement supérieur canadiens ont historiquement contribué de manière importante à façonner les grands systèmes sociaux, économiques et de gouvernance du pays. Ces derniers ont entraîné des conséquences assez néfastes, comme les changements climatiques, une inégalité croissante en matière de revenus, la destruction des cultures autochtones, la rareté des ressources et une dégradation écologique. Résoudre ces problèmes pour créer une prospérité économique et sociale commune et durable, et faire de la réconciliation avec les peuples autochtones une réalité sera une tâche ardue, interdisciplinaire et multisectorielle. Et cette tâche exigera de modifier l’état des infrastructures sociales. Grâce à leur influence, leur expertise et d’autres ressources, les établissements d’enseignement supérieur sont bien placés pour soutenir un tel changement.

Trouver un équilibre entre partager une vision et une stratégie inspirantes, et pouvoir influencer les membres de l’établissement et de la communauté pour qu’ils se rallient derrière cette vision et cette stratégie, voilà le défi des rectrices et des recteurs. Cette tâche s’avère encore plus difficile dans le cadre de projets visant à améliorer les infrastructures sociales. Cela est dû au fait que le concept « d’infrastructures sociales » n’est pas toujours bien compris et qu’une seule personne au sein de l’établissement (incluant la rectrice ou le recteur) ne peut pas faire avancer un programme sans une action coordonnée de la part d’autres actrices et acteurs influents.

Les rectrices et les recteurs occupent néanmoins une position de leadership unique :

  • Étant le « visage » de l’école, ils racontent les histoires de l’établissement, exprimant ainsi sa vision et ses valeurs, et leur procurant une certaine crédibilité.
  • Ils aident leur établissement à avoir plus d’impact par l’entremise de ses programmes et de ses partenariats communautaires, en plus d’attirer des ressources pour appuyer ces derniers.
  • Ils enracinent la création d’infrastructures sociales dans la culture de leur établissement et développent la capacité administrative nécessaire pour qu’elle puisse exister par elle-même.