Afin de résoudre des problèmes complexes, La fondation adopte une approche intégrée qui implique l’utilisation de capital financier et l’adaptation de modèles financiers pour catalyser, soutenir et accroître la transformation des systèmes. Cette approche s’appelle la Finance des solutions.

La fondation appuie le développement de la finance des solutions au Canada en utilisant ses actifs financiers de manières diverses (contributions, prêts, garanties d’emprunt, investissement d’impact, investissement responsable et militantisme des actionnaires) pour propulser l’innovation sociale. Nous voulons voir ce domaine croître. Nous souhaitons également influencer les marchés en partageant les leçons apprises et en collaborant avec d’autres pour créer de nouveaux instruments financiers et modifier les politiques financières. De plus, nous encourageons les organismes communautaires à diversifier leurs modèles opérationnels de manière à y inclure des entreprises sociales et d’autres modèles productifs.

 

La finance des solutions : une approche intégrée

Finance des solutions

Au sujet de la façon dont nous gérons notre fonds de dotation

Notre Énoncé des politiques et des procédures d’investissement présente les principes gouvernant la politique d’investissement de McConnell et traite de sujets importants, comme la philosophie d’investissement, les principes et la répartition d’actifs de la Fondation. L’Énoncé permet d’assurer une gestion cohérente et constante des actifs financiers de la Fondation, de même qu’une bonne gouvernance. Il contribue également à garantir que les administrateurs gèrent les actifs de façon responsable et prudente.

Notre approche

La finance est un moyen d’arriver à ses fins et non une fin en soi. Cette croyance est au cœur de notre approche en matière de finance des solutions.

Les enjeux sociaux et environnementaux sont complexes et peuvent être abordés de manière complémentaire et multiple. La Fondation a à sa disposition une gamme d’outils pour trouver des solutions : l’octroi de contributions, le rassemblement et l’engagement, l’investissement et plus encore. La finance, par l’entremise de l’investissement, n’est qu’une option parmi d’autres. Nos interventions sont donc centrées sur les grands principes suivants :

  • Axées sur le problème : Au moment de réfléchir à une intervention, nous nous demandons ceci : Quel problème tentons-nous de régler? Quelles sont les dynamiques sous-jacentes? Comment influent-elles sur les différents intervenants concernés?
  • Axées sur la demande (plutôt que sur l’offre) et adaptées : Nous n’investissons jamais que pour le simple fait d’investir. La souplesse est une de nos priorités. Nous voulons pouvoir adapter notre intervention au fur et à mesure que le problème que nous tentons de résoudre et les besoins de nos partenaires évoluent. Nous avons pris l’engagement d’expérimenter et d’apprendre.« Le besoin, le besoin, le besoin » : Avant de choisir un outil par rapport à un autre, ou un ensemble d’outils, nous cernons les besoins de ceux qui aideront à mettre la solution en pratique.
  • Facilitant la participation de partenaires de longue date et d’alliés improbables : Une transaction financière renvoie toujours à un ensemble plus vaste de relations et d’interventions. C’est la raison pour laquelle nous favorisons la consultation et la collaboration au moment de concevoir un projet. Nous veillons aussi à impliquer des intervenants qui demeureraient autrement en marge ou travailleraient de façon isolée.

La finance des solutions permet de personnaliser les interventions et d’augmenter l’étendue et la diversité des gens qui ont accès aux capitaux.

La finance des solutions peut s’inspirer d’une vaste gamme d’instruments financiers. Les obligations vertes, les obligations adossées aux forêts, les obligations de vaccins, les obligations communautaires, les partenariats public-privé, les obligations catastrophes et autres produits d’assurance ne sont que quelques exemples. Au moment d’élaborer une transaction, nous utilisons les modèles actuels, mais nous faisons aussi preuve d’innovation. Nous profitons de notre capacité en tant que fondation à utiliser des contributions et des investissements simultanément. Nous pouvons faire ceci durant la phase de démonstration ou de transition d’un projet, en essayant un nouvel instrument financier ou en accroissant l’ampleur d’un modèle financier qui a déjà connu du succès dans une région géographique.

En acceptant des taux de rendement inférieurs au marché, ou en proposant des capitaux patients, ce qui retarde le rendement habituel prévu, nous pouvons avoir un impact à long terme. La finance des solutions sollicite la participation de tous les secteurs et intervenants : entrepreneurs, entreprises sociales, fondations, gouvernements, institutions financières, petites et grandes entreprises.

Investir pour l’impact veut dire s’entendre sur un objectif précis avec des intervenants dont les missions sont alignées. Cela signifie évaluer les risques et l’impact, et optimiser le rendement et les récompenses.

Notre expérience jusqu’à maintenant nous a appris qu’un investissement d’impact efficace repose sur deux éléments indispensables :

  • Déterminer un but clair parmi les intervenants alignés : Nous discutons, clarifions et convenons du but et des résultats souhaités dès le départ, même si nous savons très bien que ces derniers pourront évoluer au fil du temps. Nous veillons à ce que les attentes soient claires, à ce que notre surveillance implique une obligation de rendre compte et à ce que nos mesures incitatives soient alignées dans nos ententes. La transparence et la responsabilité sont multidirectionnelles parmi les participants, y compris la Fondation.
  • Surveiller le risque et le rendement sur le plan financier et non financier : Nous réfléchissons et surveillons toujours le risque et le rendement liés à l’impact, ainsi que le risque et le rendement financiers. Cette approche holistique est utile pour clarifier et faciliter la prise de décisions, surtout en cas de compromis.

Nous cherchons particulièrement à mobiliser des ressources et à faire l’essai de nouveaux modèles financiers dans les sphères d'intérêts de la Fondation.

Nous faisons consciemment l’effort d’explorer des possibilités qui accélèrent et amplifient l’impact de nos sphères d’intérêts et contributions lorsqu’il est question d’investissement d’impact. Voici quelques exemples : investir dans un fonds qui appuie des projets d’énergie durable, explorer la création d’un fonds d’actifs civiques, collaborer avec d’autres fondations pour mettre sur pied un fonds de garantie d’emprunt pour les entreprises sociales, et travailler avec le gouvernement et les Premières Nations pour créer un fonds de logement destiné aux Autochtones.

Investissements d'impact

Base de données de financement

Domaines d'activités