Est-ce important si les jeunes ne votent pas?

 
Blogue d’invité par Caro Loutfi, directrice générale, L’apathie c’est plate
Avertissement: les opinions exprimées dans le blog ci-dessous sont celles de l’auteur et pas nécessairement celles de la Fondation.
 
 
apathy is boring logoBien des gens savent comme nous que les 18 à 24 ans sont les électeurs ayant le plus faible taux de participation aux élections fédérales. Nous savons aussi que cette tendance au désengagement envers le processus électoral s’est amorcée dans les années 1960 et qu’elle ne cesse d’augmenter depuis.
Mais nous savons peut-être moins que le fait de ne pas voter, ça peut devenir une habitude. Ça veut dire que si un jeune Canadien ne vote pas aux deux premières élections où il y a droit, il risque de ne pas voter non plus aux suivantes. Et ce n’est pas un projet de loi sur les hypothèques ou les frais de scolarité qui va le faire changer d’habitude.
La perte des nouveaux électeurs nous fait perdre des générations d’électeurs canadiens pour les années à venir. Si la tendance se maintient, ce sera bientôt moins de la moitié de l’électorat qui se donnera la peine de voter au Canada.
La non-participation électorale des citoyens canadiens remet en question la légitimité de notre démocratie – pis encore, celle des politiques issues de nos institutions démocratiques.
 

Que peut-on faire pour changer les choses?

Les études sont claires : intervenir en personne reste le meilleur moyen d’abattre les obstacles qui freinent la participation des jeunes et des nouveaux électeurs au processus démocratique. Même si les médias sociaux offrent une forme de communauté à laquelle s’identifient la plupart des jeunes, cela n’a pas l’impact d’une intervention en personne.
12045799_10153026894157046_4706590353982452789_o (1)
D’un bout à l’autre du pays, L’apathie c’est plate a des équipes de rue formée de bénévoles qui participent à des concerts et des festivals pour discuter avec les jeunes et diffuser de manière informelle des ressources non partisanes sur les élections. Ce projet complète le site web de L’apathie c’est plate, qui est devenu – de concert avec d’autres groupes non partisans – un centre de ressources électorales axé sur les jeunes.
12025587_10153089497405079_1146488362_n (2)
À titre personnel ou en tant que représentant d’un organisme, vous pouvez inciter vos amis, votre famille, des bénévoles et des collègues à amorcer des discussions importantes au sujet de notre pays.
C’est un travail aussi utile qu’urgent – mais votre effort de participation citoyenne ne se terminera pas le 19 octobre, jour des élections fédérales.
Bâtir un pont plus solide entre les jeunes, la collectivité et le gouvernement est un objectif à long terme qui exige du temps, de la créativité et de l’innovation. Cela exige surtout d’écouter ce que les jeunes ont à dire dans l’édification d’un avenir plus résilient et plus prometteur.
Quelle que soit la cause que vous défendez, la participation civique des jeunes aura un impact. Les prochaines élections sont une occasion de voir à ce que les jeunes adhèrent au processus démocratique. Ici, nous sommes 5,5 millions de jeunes du millénaire, entre 18 et 30 ans – nous formons 20 % de l’électorat.
11231768_10153026902137046_8286068251838722531_o (1)

Un mot-clic pour 5,5 millions de voix : #5MMV.

 
À propos de L’apathie c’est plate
L’apathie c’est plate est un organisme caritatif sans but lucratif qui utilise l’art et la technologie pour renseigner les jeunes sur la démocratie, afin d’accroître leur participation aux élections et au processus démocratique, et de jeter les bases d’un dialogue durable entre les jeunes et les décideurs.