Mali Blog Author_FR

 

Note : Cet article a été publié à l’origine sur le site de WellAhead. Il est affiché ici avec la permission de l’auteur. 

En août 2015, la plupart des gens à qui nous avons parlé nous ont traités de fous. Bon, certaines personnes ont passé le message autrement : «?Quel échéancier ambitieux!?», «?Il faut beaucoup de temps pour faire bouger les écoles…?» et «?Êtes-vous en train de dire que la première activité est prévue pour septembre??!!!?». Notre équipe se posait elle-même la question : était-ce utopique de songer à des séances d’idéation dès le début de l’automne?

wellahead1

Et pourtant… dans six districts scolaires de la Colombie-Britannique, six agents de liaison communautaire de WellAhead, appuyés par leur équipe de planification, ont imaginé, planifié et réalisé un processus qui leur a permis d’abattre un boulot incroyable en temps record.

wellahead2

Le processus de l’automne dernier comportait trois grandes étapes :

  1. Jeter les bases (août-septembre 2015)

Objectif : Se familiariser avec le contexte dans lequel se fera l’intégration du bien-être dans les collectivités scolaires et assurer une participation significative des gens au processus de WellAhead.

  2. Faire un remue-méninges d’idées (octobre 2015)

Objectif : Amener un éventail d’intervenants à exprimer et concrétiser des idées sur la façon d’intégrer le bien-être dans les collectivités scolaires, en mettant l’accent sur les pratiques de tous les jours que l’on peut tester en milieu scolaire.

  3.  Choisir des idées (novembre)

Objectif : Choisir l’idée (ou les idées) que le district va tester à l’an 1 (janvier-juin 2016).  

La première étape, jeter les bases, s’est faite surtout à l’interne. Il s’agissait de recueillir et colliger dans chaque district des données et des idées sur l’intégration du bien-être social et affectif dans la vie quotidienne des écoles. Le tout a été diffusé dans des énoncés de conception, soit des documents d’information de 2-4 pages sur le district et le contexte. C’était des ébauches, l’amorce d’un travail à compléter par les districts à partir des commentaires et de l’apport recueillis au fil du temps. Vous trouverez ici et ici quelques exemples d’énoncés.

Le remue-méninges d’idées impliquait un auditoire externe, notamment la participation de cinq groupes d’intervenants clés : parents, éducateurs, élèves, administration et partenaires communautaires. Nous aborderons cette étape plus en détail dans un autre billet de blogue – pour le moment, voici un aperçu du déroulement typique d’une séance. La séance d’idéation faisait ressortir 10-20 idées; lors d’une deuxième journée, on peaufinait les idées pour en conserver 3-5 en lien avec les principales priorités de la collectivité.

Le choix des idées s’appuyait sur plusieurs sources de données. La plus importante était l’apport des utilisateurs. Dans chaque district, l’agent de liaison allait discuter des idées proposées avec des éducateurs et des élèves. Nous avons passé en revue les programmes et les ressources en place; vérifié le niveau d’adhésion de la collectivité; fait le lien avec les politiques du district et de la province; et étudié les résultats de recherches scientifiques. Et surtout, nous avons diffusé largement les idées sur le site ideas.wellahead.ca. En deux semaines, tout le monde était au courant, en grande partie grâce aux réseaux de la BC School-Centred Mental Health Coalition. Dans les trois premières semaines, le site a reçu près de 10?000 visites (visiteurs uniques) et recueilli plus de 140 commentaires et 600 J’aime. Une fois agrégés selon le point de vue et la situation géographique, ces commentaires nous ont permis de déceler les idées prometteuses pour un vaste auditoire public.

Nous avons beaucoup appris jusqu’ici. Et nous nous posons encore la question : dans quelle mesure le processus de l’automne a-t-il été trop précipité, dans quelle mesure en avons-nous trop demandé en si peu de temps? De quelle façon le rythme accéléré d’un processus permet-il d’accroître la créativité, d’accroître le potentiel de changement?

Nous vous ferons part de nos réflexions sous peu. D’ici là, nous sommes impatients d’entendre les vôtres!