Cela pourrait-il être une affaire de pratique?

WA image
 

«?Il se produit des avancées quand les gens apprennent à s’arrêter pour examiner leurs présomptions.?» – Peter Senge


Plus tôt cette année, nous avons partagé une liste de pratiques quotidiennes en voie de prototypage (voir ici). Le concept de pratique quotidienne vient de deux sources : la recherche sur les noyaux de pratique, présentée par Dennis Embry et ses collègues, ainsi qu’un sondage. Au printemps 2015, WellAhead a posé deux questions à plus de 1400 personnes : «?Que fait votre école pour appuyer le bien-être social et affectif des élèves??» et «?Que faites-VOUS pour appuyer le bien-être social et affectif des élèves??». Les pratiques quotidiennes sont un moyen de formuler et de saisir les réponses à la deuxième question – tout ce que nous faisons chaque jour pour appuyer nos enfants et nos jeunes.
Voici un aperçu de ce qu’on nous dit au sujet du concept des pratiques quotidiennes en lien avec le système plus vaste du travail réalisé dans les écoles :

Miser sur ce qui existe déjà

Prendre le temps de réfléchir à nos pratiques et de les examiner est un bon moyen de valoriser, de respecter et d’apprécier ce que chacun d’entre nous peut faire pour changer les choses dans la vie de nos enfants et nos jeunes. Les pratiques quotidiennes prototypées cette année en C.-B. sont seulement des exemples de dizaines et de centaines de pratiques quotidiennes déjà appliquées dans toute la province par diverses personnes – enseignants, parents, éducateurs, administrateurs, infirmières, élèves, intervenants auprès des Autochtones, chauffeurs d’autobus, travailleurs du SCFP et personnel de services après l’école.

Bâtir des compétences de base

Les pratiques quotidiennes sont un moyen d’appliquer et de vivre les compétences de base définies dans la nouvelle version du programme éducatif de la C.-B. Comme ce sont des thèmes transversaux, ancrés dans le travail des enseignants, il est logique que ce soient de petites pratiques appliquées dans l’ensemble du programme.

Tirer parti des programmes et projets

On peut voir les pratiques quotidiennes comme un micro pas vers un engagement et une focalisation continues à l’égard du bien-être social et affectif. À bien des égards, une petite pratique quotidienne est un noyau de pratique; la somme des pratiques, projets, recherches, programmes et formations de qualité englobe plusieurs noyaux de pratique en vue de produire un changement de façon holistique.

Partir des faits probants

Chaque pratique quotidienne choisie pour le prototypage est issue de faits probants et de résultats de recherche. À partir de pratiques fondées sur des faits probants, on peut commencer à définir le changement qui change vraiment les choses.

Comme l’indiquait un précédent article, nous avons réalisé l’automne dernier dans les districts pilotes de WellAhead un processus de conception conjointe – sensibilisation au contexte, suggestions d’idées de pratiques quotidiennes et choix des idées à prototyper. Au fur et à mesure que nous prototypons des pratiques quotidiennes ce printemps, nous utilisons le concept pour poser divers types de questions, des questions en lien avec un contexte plus vaste :

  • Comment utiliser un processus itératif pour raffiner les idées et les améliorer, pour extraire les éléments clés d’une idée? De quelle façon l’idée se développe-t-elle et évolue-t-elle avec le temps? Comment l’application de cette pratique modifie-t-elle les comportements d’un adulte ou d’un enseignant?
  • Comment les idées novatrices – même les plus simples comme les pratiques quotidiennes – se propagent-elles d’une classe à l’autre, d’une école à l’autre et dans l’ensemble du district? Comment les idées se propagent-elles entre enseignants, parents, élèves et directions d’école?
  • Comment adopter une pratique dans l’ensemble du système : en classe, aux réunions de district, aux réunions des CCP, dans les services après l’école? Quels sont les structures scolaires, les types d’environnements et de politiques qui permettent aux enseignants de prioriser le bien-être social et affectif?
  • Comment appliquer le concept de pratiques quotidiennes au palier structurel ou à celui des politiques?

Certains nous disent que les pratiques quotidiennes ont été un cadre utile : un moyen d’identifier un micro pas vers l’intégration du bien-être social et affectif au milieu scolaire, et un moyen de mieux saisir comment les idées se propagent entre écoles et entre personnes.
Selon vous, quel est le rôle des pratiques quotidiennes dans la priorisation du bien-être social et affectif? Y a-t-il d’autres endroits où amorcer une conversation pour produire un changement signifiant? Sur quels changements – sur le plan du système, des politiques ou des structures – faut-il se concentrer pour soutenir une culture qui valorise le bien-être?
Nous serons ravis d’entendre vos réponses à ces questions et à d’autres – communiquez avec nous à wellaheadbc@mcconnellfoundation.ca ou consultez wellahead.ca/prototypes