Mesurer ce qui importe dans les études supérieures

Re-Code BLOG 1
 
Article d’invité par Harvey P. Weingarten, Président-directeur général, Higher Education Quality Council of Ontario. Cet article a été publié à l’origine sur le site de Re-Code. Il est affiché ici avec permission.
La principale raison (mais non la seule) qui motive les étudiants à faire des études postsecondaires est d’obtenir les titres de compétence dont ils ont besoin pour obtenir un bon emploi. De même, la principale raison (mais non la seule) qui incite l’État à financer l’enseignement supérieur public est d’assurer au marché du travail et à l’économie un bassin adéquat de diplômés.
On jase beaucoup de l’écart entre les compétences des diplômés universitaires et les exigences du marché du travail actuel. Tous ne s’entendent pas sur l’existence de cet écart – ou son importance. Chose certaine, les universitaires qui enseignent dans nos établissements postsecondaires ne partagent pas l’avis des employeurs qui embauchent leurs diplômés : la majorité des universitaires pensent qu’ils font du bon travail; la majorité des employeurs pensent le contraire.
Vu les principales motivations des étudiants et celles de l’État qui finance l’enseignement supérieur public, il semble raisonnable de voir comment nous pouvons assurer que les études postsecondaires dotent mieux les étudiants des compétences dont ils ont besoin pour obtenir un bon travail et réussir.
D’abord, connaissons-nous les compétences recherchées par les employeurs et les lacunes les plus importantes qu’ils déplorent chez leurs nouvelles recrues? Oui. Plusieurs sondages auprès des employeurs nous le disent de façon constante et catégorique. Les employeurs semblent satisfaits de la somme de connaissances des étudiants postsecondaires. Quels sont les attributs jugés les plus importants et les plus rares par les employeurs? Un ensemble général de compétences cognitives – littéracie, numéracie, esprit critique, résolution de problèmes, etc. – et d’aptitudes interpersonnelles – travail en équipe, persévérance et résilience, etc.
Re-Code BLOG_2
Deuxième question : les diplômés postsecondaires possèdent-ils les compétences que les employeurs recherchent en vain? Nous l’ignorons. Pourquoi? Parce que nous ne le mesurons pas, du moins pas directement. Il y a simplement trop de plaintes de la part des employeurs et des professeurs, et trop de recherches, pour présumer que toute personne qui détient un diplôme postsecondaire a forcément acquis ces compétences essentielles à un niveau adéquat.
Ce qui importe donc, c’est d’assurer que les étudiants apprennent réellement l’ensemble des compétences à acquérir dans leurs programmes postsecondaires selon la plupart des universitaires, et l’ensemble des compétences recherchées par les employeurs. Il suffit pour cela de les mesurer. Nous disposons d’instruments psychométriques adéquats pour mesurer certaines de ces compétences et aptitudes. Pour les autres, des travaux de recherche excitants sont en train d’élaborer des outils. Mettre l’accent sur les compétences et les aptitudes est un virage transformateur dans le domaine des études supérieures. Cela dénote la façon de concevoir les curriculums, d’offrir les cours et d’élaborer les plans de cours; ce que nous jugeons important d’apprendre, la façon de créditer le rendement des étudiants. Et cela dénote aussi la façon de mesurer et démontrer l’importance et la valeur des études supérieures auprès des étudiants et de la population.
unsplash_525d7892901ff_1
En ce moment, les professeurs et les maisons d’enseignement postsecondaire consacrent beaucoup de temps et d’énergie à mesurer si les étudiants absorbent faits et contenu, sachant qu’une bonne partie de l’information risque de devenir assez vite obsolète. Consacrons plutôt une partie de cette attention à évaluer les compétences et les aptitudes durables dont ils auront besoin pour éviter les écueils dans un monde de plus en plus complexe. Pour que les choses se fassent, il faut les mesurer. Cette façon de voir mènera aussi sans aucun doute à l’élaboration de techniques pédagogiques nouvelles et plus efficaces pour favoriser l’acquisition de ces compétences essentielles et les améliorer.