Vision stratégique

Les découvertes les plus importantes surviennent souvent à l’extérieur de la classe. Le programme Apprentissage par le service communautaire était un modèle de pédagogie expérientielle. Il combinait l’apprentissage en classe et le bénévolat sur le terrain.

Les universités, les étudiants et les organismes communautaires collaborent et, ensemble, ils contribuent au bien-être des Canadiens. Le programme Apprentissage par le service communautaire était conçu pour atteindre les objectifs de la communauté et amener les étudiants à participer sur le plan civique.

À propos du programme

Le programme Apprentissage par le service communautaire a été mis sur pied en 2004, alors que des subventions ont été versées à dix universités. L’objectif était d’encourager celles-ci à développer leurs programmes d’apprentissage par le service communautaire.

Grâce à une expérience de bénévolat pratique, des étudiants ont pu enrichir leur apprentissage, tout en obtenant des crédits universitaires. Le programme a également permis de solidifier des organismes communautaires, puisque les étudiants étaient en mesure de partager avec eux leur savoir-faire, leurs compétences, mais aussi leur envie de changer les choses. Le programme a de plus permis d’introduire du savoir communautaire dans les universités, ce qui a influé sur les pratiques d’enseignement et le curriculum.

Les étudiants ont ainsi pu bénéficier d’un nombre accru d’occasions d’apprentissage par le service communautaire. Trente autres universités ont mis en place des programmes du genre avec l’aide d’autres bailleurs de fonds. Les meilleurs d’entre eux créaient de nouvelles relations entre l’université et ses partenaires communautaires qui étaient enrichissantes pour les deux parties.

La réussite des programmes axés sur l’apprentissage par le service communautaire a incité les universités à prendre des engagements institutionnels dans ce domaine. Elles s’impliquent désormais davantage auprès des communautés locales et financent ce type d’apprentissage de manière appropriée.

Financement total octroyé : 9,5 millions $

 

Leçons clés tirées du programme Apprentissage par le service communautaire

  • Les étudiants aiment l’apprentissage pratique. Celui-ci s’avère pertinent sur le plan professionnel et enrichissant sur le plan personnel. L’apprentissage par le service communautaire peut ainsi avoir une incidence profonde sur les étudiants en:
    • améliorant leurs résultats scolaires
    • augmentant leurs possibilités d’emploi
    • nourrissant chez eux un engagement soutenu envers le bénévolat et l’engagement civique
  • La réussite du programme est mesurée en fonction de sa capacité à:
    • attirer et retenir des étudiants
    • améliorer la pédagogie
    • offrir une expérience de vie et de travail
    • accroître l’impact de l’organisme communautaire
    • amener du savoir de l’extérieur dans la classe
  • At their best, placements are co-created by both the university and the community. They share knowledge and decision-making in order to ensure mutual benefit.
  • Les universités sont de plus grande taille et ont accès à plus de ressources que les organismes communautaires. La fondation n’ayant versé des subventions qu’à des universités, cela a accentué le déséquilibre en matière de pouvoir. Les universités ont eu tendance à organiser des occasions d’apprentissage en fonction de leurs cours et d’allouer des fonds pour répondre à leurs propres besoins.
  • Il est nécessaire de repenser les politiques universitaires liées à la permanence, la rémunération et la promotion des professeurs, puisqu’elles nuisent à la croissance de programmes efficaces dans le domaine de l’apprentissage par le service communautaire. La recherche et les publications représentent actuellement les principaux critères de réussite universitaire. La même valeur devrait être accordée au service communautaire pour que les universitaires prennent le temps de bien concevoir et mettre en place des programmes d’apprentissage par le service communautaire.
  • Les universités se livrent une concurrence féroce. Elles luttent pour des bourses de recherche et de fonctionnement, des étudiants et une reconnaissance. Malheureusement, cette concurrence nuit au partage des connaissances et des ressources. Cela doit changer pour qu’un mouvement puisse prendre son envol.