En tant que fondation qui s’intéresse à la fois à la réconciliation et à la pratique de l’innovation sociale, McConnell croit que les personnes et les institutions doivent apprendre à désapprendre.

En 2017, alors que le Canada marque son cent-cinquantenaire, bien des Canadiens ont du mal à concilier les révélations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada avec les mythes nationaux sur les vertus morales des Canadiens. Aussi gênant soit-il de composer avec ces discours contradictoires, il est essentiel d’apprendre à désapprendre les convictions du passé pour décoloniser nos institutions et notre pays, et nous décoloniser nous-mêmes.

Désapprendre est une compétence requise pour la réconciliation, mais elle s’applique à bien d’autres domaines. Quand on admet humblement qu’on se trompe peut-être sur quelque chose, l’innovation transformatrice peut commencer à opérer. Pour créer de nouveaux paradigmes, il faut laisser tomber les cadres hérités du passé.

L’édition des 12 leçons de cette année porte sur les leçons désapprises. Nous y présentons les efforts (petits et grands) réalisés pour remettre en question des convictions profondément ancrées qui font obstacle à la création d’un monde meilleur.

Nous avons eu le privilège de travailler avec l’artiste métisse Rihkee Strapp en vue de réinterpréter les leçons écrites en images, pour leur donner une autre vie. Nous avons vu nos idées reflétées dans un miroir, transformées par les métaphores et les allusions narratives. Plusieurs images ne se décodent pas spontanément et Rihkee nous a demandé de plonger dans l’impression – parfois assez troublante – de ne pas comprendre tout à fait. Renoncer à nos interprétations personnelles pour laisser surgir un point de vue extérieur s’est révélé un processus à la fois enrichissant et difficile à réaliser.

Nous espérons que ces leçons font écho à votre expérience et que vous profiterez de l’année qui vient pour nous faire connaître vos propres désapprentissages.

Parole d’artiste : leçons non apprises

Le pouvoir des récits et la façon de les refouler ou de les exprimer inspirent depuis toujours mon travail d’artiste visuelle engagée socialement. Je veux surtout créer des œuvres ludiques et transformatrices, qui défient les idées reçues. Selon la tradition sylvicole de la peinture mnémonique, j’utilise des couleurs vibrantes et des légendes, et je m’inspire de l’héritage de peintres du territoire du Traité no 3, d’où je viens, et du territoire de Bawating, où je vis maintenant. J’ai le privilège de travailler à ce projet où je peux donner forme à plusieurs images, en consultation et en collaboration avec tant de personnes – de la fondation McConnell et de mes collectivités. Certaines images de 12 leçons désapprises 2017 s’inspirent du regretté Cecil Youngfox et d’autres m’ont été inspirées par la profanation récente de sites sacrés, pour nous rappeler qu’il reste encore bien des choses à désapprendre.

-Rihkee Strapp
Membre du clan Wolverine (clan du carcajou), Rihkee Strapp est une artiste métisse de Red Lake, en Ontario.

 

Voir les leçons non apprises